Lou dimenche 30 de juliet, li felibre celebraran lou cènt-cinquantenàri de la Coupo en Avignoun. Eiceciounalamen sara espausado dins l’intrado de l’oustau de vilo de 10 ouro à miejour. Touto uno tièro de ceremounié se debanara de 9 ouro manco un quart à 18 ouro.

La Coupo en argènt creado à gratis pèr l’estuatuàri Louïs-Guihaume Fulconis e realisado pèr l’argentié Jarry, fugué óuferto, après uno souscripcioun de 1800 patrioto catalan i felibre pèr li gramacia d’agué aculi encò dóu primadié Jan Brunet, Don Vitour Balaguer escrivan catalan e ome pouliti foro-bandi de Catalougno pèr la rèino Eisabèu II. Fuguè semoundudo i felibre dóu tèms d’uno taulejado à « l’Hôtel du Louvre » en Avignoun lou 30 de juliet de 1867.

Evoucacioun celtico dóu Sant Graal, la Coupo de 16,5 cm d’autour se coumpauso d’uno conco escrincelado d’un lausié ounte se legisson li mot seguènt « Record ofert per patricis catalans als felibres provenzals per la hospitalitat donado al poeta catala Victor BALAGUER 1867 »

La conco es pourtado pèr un paumié e dos gènti fremo lou sen nus, qu’uno es la Prouvènço emé lou bras autour dóu còu de l’autre, la Catalougno ; aquelo a la man drecho pausado sus lou cor coume pèr dire gramaci.

Sus lou pèd dos iscripcioun soun escrincelado :

« Morta diuhen qu’es / Mes jo la crech viva » « V Balaguer »
« Ah ! se me sabien entèndre !  / Ah ! se me voulien segui ! » « F. Mistral »

Li dous vers de Mistral soun dóu pouèmo La coumtesso dedica à Vitour Balaguer e inne à la Prouvènço  óupremido.

Dóu tèms de la taulejado, Frederi Mistral cantè li sèt coublet e refrin qu’escriguè pèr ounoura la Coupo, sus uno musico d’un Nouvè dóu siècle XVII en : Guihaume Tòni, Pèire. Aquelo musico dounado coume obro de Micoulau Sabòli  sèmblo dóu frère Serapion de Mountelimar. Lou cant de la Coupo es devengu vuei l’inne di Prouvençau.

Lou Capoulié dóu Felibrige es lou tenènt de la Coupo, la porto à la visto de tóuti un cop l’an pèr la « Santo-Estello ». À-de-rèng li felibre podon ié béure de vin de Castèu-Nòu-de-Papo en brindant à la glòri de Prouvènço. La Coupo es sourtido tambèn pèr de fèsto eiceciounalo coume aquelo dóu 30 de juliet…

Lou Papet de Carqueirano

TRADUCTION

150ème anniversaire de la Coupe

Le dimanche 30 juillet, les félibres célébreront les cent cinquante ans de la Coupe en Avignon. Elle sera exceptionnellement exposée dans le hall de la mairie de 10 h à midi. De nombreuses cérémonies se dérouleront de 8h45 à 18h.

La Coupe en argent créée gratuitement par le sculpteur Louis-Guilhaume Fulconis et réalisée par l’argentier Jarry, fut offerte, suite à une souscription de 1800 patriotes catalans aux félibres pour les remercier d’avoir accueilli chez l’un des fondateurs du mouvement,  Jean Brunet. Don Victor Balaguer écrivain catalan et homme politique chassé de Catalogne par la reine Isabelle II. Elle fut offerte lors d’un banquet à l’hôtel du Louvre d’Avignon le 30 juillet 1867.

Evocation celtique du Saint Graal, la Coupe de 16,5 cm de haut se compose d’une conque gravée d’un laurier où on peut lire les mots suivants :

« Record ofert per patricis catalans als felibre provenzals per la hospitalitat donado al poeta catala Victor Balaguer 1867 »

La conque est portée par un palmier et deux belles femmes avec un sein nu, l’une est la Provence avec le bras autour du cou de l’autre, la Catalogne ; celle-ci a la main droite posée sur son cœur comme pour dire merci.

Sur le pied sont gravées deux inscriptions :

« Morta diuhen qu’es/ Mes jo la crech viva » Victor Balaguer
« Elle est morte, disent-ils, mais je la crois vivante »
« Ah ! se me sabien entèndre !/ Ah ! se me voulien segui ! » F. Mistral
« Ah ! S’ils savaient m’entendre ! Ah ! s’ils voulaient me suivre ! »

Les deux vers de Mistral sont tirés du poème La Comtesse dédié à Victor Balaguer, hymne à la Provence opprimée.

Lors du banquet, Frédéric Mistral chanta les sept couplets et le refrain qu’il avait écrit pour  honorer la Coupe, sur une musique d’un Noël du 17e siècle ; Guihaume, Tòni, Pèire attribué longtemps à Nicolas Saboli mais qui semble être du frère Sérapion de Montélimar. Le chant de la Coupe est devenu aujourd’hui l’hymne des Provençaux.

Le Capoulié du Félibrige est le gardien de la Coupe. Il la porte à la vue de tous une fois par an lors de la « Santo Estello ».L’un après l’autre les félibres peuvent y boire du vin de Château-neuf-du-Pape en glorifiant la Provence. La Coupe est sortie aussi lors de fêtes exceptionnelles comme celle du 30 juillet 2017.

Lou Papet  Carqueiranne

Pin It on Pinterest

Shares